Partager mes observations

Grâce à plusieurs dispositifs, l’Office français de la biodiversité (OFB) ou ses partenaires proposent à chacun de contribuer à améliorer la connaissance utile aux chercheurs.

La coopération à un programme de sciences participatives permet à tous les citoyens de devenir acteur de la préservation de la biodiversité. Cette démarche favorise la compréhension de la nature de façon ludique.

 

Découvrir et inventorier la faune et la flore

INPN Espèces

L’application INPN Espèces permet de découvrir la diversité des espèces présentes autour de soi, que ce soit en métropole ou en outre-mer.

Depuis mai 2018, l’application offre la possibilité à chacun de participer à l'inventaire des espèces de sa commune en transmettant ses observations aux experts en quelques clics.

Téléchargez l'application INPN Espèces

 
 

 


OPEN

Fort de ses 130 programmes et de ses 60 000 participants, le portail OPEN est une référence en termes de sciences participatives.

Il s’appuie sur un réseau d’observatoires et de collectifs d’acteurs que chaque citoyen peut rejoindre pour récolter des données sur la nature.

Ces données sont ensuite vérifiées par des experts et concourront à l’amélioration des connaissances liées à la biodiversité.

Vigie-Nature

Le programme Vigie-Nature consiste à suivre des groupes d’espèces communes à l'échelle nationale, grâce à des réseaux d'observateurs volontaires.

Animé par des associations, il propose à chacun des protocoles simples pour contribuer à la recherche scientifique tout en découvrant la biodiversité qui l’entoure. Chaque année, plus de 10 000 participants réalisent ces suivis d’espèces.

Ce programme est décliné pour les scolaires à travers Vigie nature école, qui propose des protocoles scientifiques à réaliser avec des élèves de maternelle jusqu'au lycée. Il permet de réaliser simplement des suivis de biodiversité sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Les réseaux d’observateurs de la faune sauvage

Pour le suivi de certaines espèces sauvages (mammifères, oiseaux), l'OFB s'appuie sur des réseaux d'observateurs préalablement formés. Ces observateurs aident les scientifiques de l'Office en réalisant des comptages ou relevés de données. Cette pratique permet de disposer en permanence d'un constat actualisé et partagé de l'état de conservation de la faune sauvage.

Par exemple, Loupfrance propose des formations pour repérer les indices de présence de l’animal et devenir correspondant du réseau afin de participer pleinement au suivi et à l’évolution des connaissances sur cette espèce sauvage.


Collecter des données sur les milieux

 

TsiÔno

Le réseau TsiÔno (signifiant « j’ai vu » en shimaoré) a été lancé en 2015 par le Parc naturel marin de Mayotte. Il vise à mobiliser et fédérer les usagers de la mer par la collecte de données sur le milieu marin dans un cadre scientifique. Les résultats obtenus permettent aussi de sensibiliser le plus grand nombre sur la fragilité du patrimoine naturel marin de Mayotte.

Plaisanciers, touristes ou professionnels de la mer peuvent tous participer à l’amélioration de ces connaissances. Il suffit pour cela de saisir ses observations d’espèces rares, protégées, menacées et emblématiques sur la plateforme.

En quête d’eau

En quête d’eau participe à l’enrichissement de la connaissance sur l’écoulement superficiel des cours d’eau de France métropolitaine.

Ce programme de sciences participatives, fait appel aux observations de toute personne volontaire, professionnels de la rivière ou citoyens, pour créer un réseau élargi d’observateurs.

Avec la mise à disposition d’outils de collecte proposés par ce site, il devient possible de densifier les données collectées sur l’écoulement des cours d’eau.