Agir pour la biodiversité

À la maison, en vacances, en famille, toutes les occasions sont bonnes pour agir en faveur de la biodiversité. Pour avoir la main verte, mieux consommer, prendre l’air, réduire ses déchets et se mobiliser, l'Office français de la biodiversité propose sur internet une série de bons gestes faciles à réaliser. L'établissement soutient également la plateforme J'agis pour la nature qui offre plusieurs centaines d'activités pour découvrir la biodiversité et la préserver.

Des écogestes au service de la biodiversité

La biodiversité dans notre quotidien

  • elle produit notre oxygène avec les végétaux terrestres mais aussi les micro-algues qui purifient parfois même l'air en captant certains polluants.
  • elle fournit des matières premières : le bois pour bâtir, s’abriter, se chauffer ; les fibres, coton et laine, pour nous vêtir sont des produits de la biodiversité, tout comme le pétrole dérivé du plancton, le charbon issu d’anciennes forêts.
  • Elle est la base de notre alimentation, un trésor de ressources alimentaires avec des végétaux, de la viande, les produits de la mer... La richesse des récoltes dépend des insectes pollinisateurs mais aussi des champignons, vers de terre et autres invertébrés qui rendent la terre fertile.
  • Elle amortit les chocs. Les forêts préviennent l’érosion et les glissements de terrain. Les plantes côtières maintiennent les dunes et le trait de côte. Les zones humides régulent les inondations.
  • Elle assure une eau de qualité. Les différents micro-organismes et champignons qui vivent dans les milieux humides contribuent à épurer l’eau en dégradant les pollutions organiques et en piégeant les métaux lourds.
  • Elle régule le climat. Les formes de vie dans l’océan, le sol et les forêts régulent le climat en fixant une partie du CO2 présent dans l’atmosphère. Les milieux naturels absorbent 60 % de nos émissions de gaz à effet de serre.
  • Elle est gage de bonne santé. La biodiversité est une véritable armoire à pharmacie. Plus de la moitié des principes actifs pharmacologiques ont été découverts chez les êtres vivants avant d’être synthétisés

Agir à son niveau

Une illustration, un chiffre clé, quelques mots ou lignes… La plateforme « Agir » aide à comprendre simplement pourquoi certains des comportements humains ont un impact négatif sur la biodiversité et propose des pistes d’action. Chaque geste est accompagné d’une brève présentation et peut se partager facilement sur Facebook et Twitter.

Voir la plateforme

Partager mes observations

Grâce à plusieurs dispositifs, l’Office français de la biodiversité (OFB) ou ses partenaires proposent à chacun de contribuer à améliorer la connaissance utile aux chercheurs. La coopération à un programme de sciences participatives permet à tous les citoyens de devenir acteur de la préservation de la biodiversité. Cette démarche favorise la compréhension de la nature de façon ludique.

Découvrir et inventorier la faune et la flore

Le portail OPEN est une référence en termes de sciences participatives. Il s’appuie sur un réseau d’observatoires et de collectifs d’acteurs que chaque citoyen peut rejoindre pour récolter des données sur la nature. Ces données sont ensuite vérifiées par des experts et concourront à l’amélioration des connaissances liées à la biodiversité. Aujourd'hui, ce portail regroupe 130 programmes et 60 000 participants,

Pour le suivi de certaines espèces, l'OFB s'appuie sur des réseaux d'observateurs. Ces observateurs aident les scientifiques de l'Office en réalisant des comptages ou relevés de données. Cette pratique permet de disposer en permanence d'un constat actualisé et partagé de l'état de conservation de la faune et de la flore. Par exemple, le programme Vigie-Nature consiste à suivre des groupes d’espèces communes à l'échelle nationale, grâce à des réseaux d'observateurs volontaires. Animé par des associations, il propose à chacun des protocoles simples pour contribuer à la recherche scientifique tout en découvrant la biodiversité qui l’entoure. Chaque année, plus de 10 000 participants réalisent ces suivis d’espèces.

Collecter des données sur les milieux

Pour enrichir les connaissance sur l'écoulement superficiel des cours d'eau de France métropolitaine, le programme participatif En quête d'eau fait appel aux observations de toute personne volontaire, professionnels de la rivière ou citoyens, et ainsi, créer un réseau élargi d’observateurs. Avec la mise à disposition d’outils de collecte proposés par ce site, il devient possible de densifier les données collectées sur l’écoulement des cours d’eau.

En outre-mer, le Parc naturel marin de Mayotte  a lancé le réseau TsiÔno (signifiant « j’ai vu » en shimaoré) en 2015. Il vise à mobiliser et fédérer les usagers de la mer par la collecte de données sur le milieu marin dans un cadre scientifique. Les résultats obtenus permettent aussi de sensibiliser le plus grand nombre sur la fragilité du patrimoine naturel marin de Mayotte. Plaisanciers, touristes ou professionnels de la mer peuvent tous participer à l’amélioration de ces connaissances. Il suffit pour cela de saisir ses observations d’espèces rares, protégées, menacées et emblématiques sur la plateforme.

Des centaines d'activités pour agir pour la nature

La plateforme J'agis pour la nature, propose différentes activités de pleine nature, gratuites, utiles et ludiques, regroupées en plusieurs thématiques (J'observe la faune et la flore, J'aménage un espace naturel,...). Actuellement, elle recense plus de 27 000 bénévoles, 800 structures et 1 300 activités par an. 
En indiquant, un lieu, une structure ou une activité, chacun peut trouver une action proche de chez soi afin d'agir pour l'environnement.
L'Office français de la biodiversité apporte son soutient à cette plateforme, créée à l'initiative de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme.

Découvrez J'agis pour la nature