La chasse : un loisir encadré

En France, la chasse est une activité de loisirs réglementée. Pour la pratiquer, il faut détenir un permis de chasser, délivré pour une période donnée et sur un territoire spécifique. Les règles peuvent également évoluer selon les espèces chassables. L’obtention de ce document officiel dépend de la réussite à l’examen du permis de chasser.

En 2020, plus d'un million de personnes possèdent un permis de chasser. Les chasseurs doivent se conformer strictement aux modalités d'exercice de cette activité (modes et moyens, dates d’ouverture et de fermeture, marquage et transport du gibier...) ainsi qu'aux conditions réglementaires (permis, territoires, etc.).

Les différents modes de chasse en France

  • La chasse à tir
    Chasse pratiquée seul ou à plusieurs chasseurs, avec ou sans chien, avec une arme à feu ou un arc. On peut chasser devant soi, à l’approche, à l’affût, au poste ou en battue.
  • La chasse à courre
    Chasse « à cor et à cri », qui consiste à poursuivre un gibier à l’aide d’une meute de chiens jusqu’à sa capture. On distingue la grande vénerie du cerf, du sanglier et du chevreuil qui se pratique à cheval, de la petite vénerie qui se pratique à pied pour le lièvre, le lapin et le renard.
  • La vénerie sous terre
    Dénommée aussi « déterrage », elle a pour but de déloger le gibier de son terrier (renard, blaireau, ragondin) à l’aide de pelles et de pioches.
  • La chasse au vol
    Consiste à capturer le gibier à l’aide d’un rapace spécialement dressé, avec ou sans chien leveur.

Obtenir son permis de chasser

Ce titre est délivré par l’Office français de la biodiversité et soumis à une validation, celle ci peut être soit temporaire soit annuelle. En Guyane, des modalités spécifiques sont mises en place pour pratiquer la chasse.

Pour obtenir le permis de chasser, un examen préalable est organisé par les inspecteurs du permis de chasser de l'OFB. Il se compose d’épreuves théorique et pratique.

L'Office français de la biodiversité intervient également dans la gestion durable de la faune sauvage aux échelons national, régional et départemental. Dans un souci de gestion optimale et de préservation de la biodiversité, le nombre de spécimens prélevés sur un territoire donné peut lui aussi être encadré par des quotas. C’est l’objet du plan de chasse et du schéma départemental de gestion cynégétique.

Quand chasser ?

Les dates d'ouverture de la chasse par département sont fixées pour chaque espèce par arrêté préfectoral, à chaque nouvelle saison. Pourtant, la chasse peut parfois être pratiquée avant ces dates, selon le contexte local.

Il existe 94 fédérations départementales des chasseurs. Une fédération est présente dans chaque département, sauf pour la fédération interdépartementale des chasseurs d'Île-de-France qui comprend Paris, les Yvelines, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val d'Oise. Quatre fédérations sont également représentées en Outre-mer avec la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon.

Voir les dates d’ouverture de la chasse

Sécurité à la chasse

L’OFB sensibilise les chasseurs à une pratique durable, et accompagne les fédérations dans la mise en œuvre des consignes de sécurité. Des dispositifs nécessaires au contrôle du bon respect des règles de transport, de détention et de manipulation de l’armement sont également mis en place avec la collaboration d'autres services de l'Etat.

Il est interdit de

  • Faire usage d’armes à feu sur les routes, les chemins publics et les voies ferrées
  • À toute personne placée à portée de fusil d’un de ces lieux de tirer dans cette direction ou au-dessus.
  • De tirer en direction : des stades et lieux de réunions publiques en général, des habitations particulières (y compris caravanes, remises, abris de jardin), des bâtiments et constructions dépendant des aéroports.

Limiter les accidents

L’OFB et les fédérations départementales des chasseurs sont très impliqués pour réduire les accidents, notamment grâce à des opérations de sensibilisation et des sessions de formation. Le nombre d’accidents survenus à la chasse (corporels et mortels) a baissé significativement ces dernières années.

Voir le bilan 2019-2020