Engagés pour la nature : les clefs pour passer à l’action

« Engagés pour la nature » est une initiative du ministère de la Transition écologique pilotée par l’Office français de la biodiversité. Elle vise à inciter les collectivités, les entreprises et l’ensemble des acteurs (les associations, les fondations, les fédérations, les syndicats…) à s’engager en faveur de la nature et du vivant.

vignette_67_33
Crédit photo : Antoine Forget / OFB
texte_p_67_33

Le rapport 2019 de l’IPBES, plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, est sans appel : face à l’érosion de la biodiversité, il faut engager « des changements transformateurs ». Une profonde mutation qui ne sera possible qu’avec la mobilisation de l’ensemble de la société.
Les entreprises, les collectivités, les associations, les fondations d'utilité publique, les fédérations professionnelles ou encore les syndicats sont concernés. Ce sont des acteurs majeurs du changement.
Nombre d’entre eux sont déjà engagés mais il est nécessaire d’aller plus loin. « Engagés pour la nature »  donne aux acteurs les clefs (accompagnement, outils, reconnaissance) pour intégrer leurs actions dans un plan global, transversal et fédérateur afin d'obtenir un impact positif plus fort sur la biodiversité.

Engagés pour la nature, c’est quoi ?

L’initiative vise à :

  • faire émerger des engagements volontaires et des projets en faveur de la biodiversité en proposant et en mettant à disposition des outils qui vont permettre aux acteurs de faire le premier pas voire de s’inscrire dans un plan d’actions pluriannuel ;
  • reconnaître et valoriser la qualité de ces engagements, par un processus transparent  de reconnaissance et d’évaluation ;
  • donner accès aux acteurs ainsi reconnus à des moyens privilégiés de mise en œuvre (accompagnement, financement,  valorisation, etc.) ;
  • susciter des partenariats, des coopérations, des initiatives collectives qui permettent de démultiplier l’action.

À qui s'adresse l'initiative ?

L'initiative se décline pour :

Devenir un « engagé pour la nature » ne requiert aucun statut particulier, aucune taille spécifique ou connaissances en matière de biodiversité.

Les grands principes

L’initiative s’appuie sur plusieurs grands principes. Elle a vocation à :

  • s’adapter à la spécificité de chaque type d’acteurs ;
  • toucher le plus grand nombre : les têtes de réseaux et les acteurs individuels, les grandes organisations comme les plus petites, les initiés et les débutants en matière de biodiversité ;
  • accompagner des démarches d’amélioration continue ;
  • assurer la transparence de la reconnaissance ;
  • utiliser des critères d’évaluation simples et partagés ;
  • valoriser les initiatives, communiquer et partager les bonnes pratiques.

Une initiative fondée sur trois piliers

> L’ACCOMPAGNEMENT des structures
Pour éviter que seuls les plus convaincus ne s’engagent, un accompagnement en amont et des outils sont proposés aux structures volontaires mais novices en matière de biodiversité ;

> LA RECONNAISSANCE d’engagements volontaires dans une démarche de progrès
Chacun a sa place dans la démarche. L’objectif principal est d’être dans une dynamique d’amélioration continue et de faire mieux année après année. Aussi, tous les acteurs peuvent s’engager, qu'ils soient « débutants » ou « déjà champions » en matière de prise en charge des enjeux de biodiversité.

> L’ANIMATION d’une communauté d’acteurs et de pratiques
La capitalisation des engagements et l’essaimage permettra aux différentes communautés « d’engagés » d’inspirer et de s’inspirer les uns les autres pour un déploiement et une généralisation des bonnes pratiques. 

Le dépôt et l'évaluation des engagements

        Les modalités de dépôt et d'évaluation des engagements sont propres à chaque démarche.

        « Territoires engagés pour la nature » :

        • dépôt en ligne d'un plan d'actions pour la biodiversité sur trois ans ;
        • évaluation par un jury régional avant attribution de la reconnaissance ;
        • évaluation par un jury régional à la fin de la période donnée pour renouvellement de la reconnaissance.

        « Entreprises engagées pour la nature » :

        • signature au plus haut niveau de l'entreprise des 10 principes communs ;
        • dépôt, dans l'année qui suit, d'un plan d'actions pluriannuel ;
        • évaluation transparente de l'exécution du plan d'actions réalisé tous les deux ans et au terme de celui-ci.

        « Partenaires engagés pour la nature » :

        • dépôt d'un plan d'actions pour la biodiversité sur trois ans ;
        • évaluation  et relecture par les pairs avant attribution de la reconnaissance ;
        • évaluation à la fin de la période donnée et renouvellement de la reconnaissance sur la base d'un nouveau plan d'actions plus ambitieux.
           
        Parc national des Ecrins. Crédit photo : Stephan Corporon / OFB
        Fous de bassan. Crédit photo : Benjamin Guichard / OFB

        Les évaluations des engagements reposent sur 4 critères. Le plan d'actions doit :

        • Être impliquant, cohérent et proportionné : rassembler l’ensemble des parties prenantes internes et proposer des actions proportionnées au regard des compétences/de l'activité et des moyens de la structure.
        • Être mesurable, révisable et inscrit dans une perspective d’amélioration continue : contenir des objectifs de résultat et prévoir un suivi de la mise en œuvre des actions et de leurs impacts.
        • Être impactant et additionnel : conduire à des effets positifs, directs ou indirects, importants et proposer des actions qui vont au-delà de la réglementation et des actions passées.
        • Être en lien avec l’action publique pour la biodiversité : répondre aux enjeux nationaux et/ou régionaux et contribuer à la mise en œuvre des outils d’action publics (SNB, SRB, SDAGE, SRCE, …).

        La valorisation des engagés

        En plus d’une reconnaissance, les « Engagés » bénéficient d’une valorisation de leurs initiatives à travers une mise en visibilité :

        • lors d’événements nationaux et internationaux tels que les Assises nationales de la biodiversité, le Salon des maires et des collectivités locales ou encore le Congrès mondial de la nature de l’UICN.
        • sur les plateformes dédiées via une page spécifique à l’engagé qui pourra être alimentée par des témoignages textes ou vidéos.
        • au sein du « club des engagés » avec des temps d’échanges pour se rencontrer, faire connaître et partager ses actions et bonnes pratiques.