Le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis

L’Office français de la biodiversité gère le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire.

Créé le 15 avril 2015, le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis couvre une superficie de 6 500 km² au cœur du golfe de Gascogne, entre l’embouchure du Payré, au nord, et la pointe de la Négade, au sud.

Il borde plus de 1 000 km de côtes, 114 communes de Vendée, de Charente-Maritime et de Gironde, et remonte dans six estuaires :

  • le Payré,
  • le Lay,
  • la Sèvre niortaise,
  • la Charente,
  • la Seudre,
  • la Gironde, plus vaste estuaire d’Europe occidentale.

Un espace marin exceptionnel et fragile

Sous influence des apports en eaux douces par les fleuves et les marais, cette aire marine présente une forte production planctonique déterminante pour la biodiversité. Les côtes sableuses, les estrans rocheux, les vastes vasières qui caractérisent le Parc naturel marin sont des lieux d’alimentation, de reproduction et de nourricerie essentiels pour de nombreuses espèces. Couloir de migration des poissons amphihalins, tels que les anguilles, esturgeons, le Parc est également un carrefour ornithologique d’importance internationale.

Par ailleurs, le Parc est le lieu de nombreuses activités maritimes professionnelles et de loisirs, dont :

  • la conchyliculture (le Parc est le 1er bassin conchylicole européen),
  • la pêche côtière et estuarienne diversifiée exploitant une grande variété d’espèces (400 navires pêchant la sole, le bar, le maigre, la seiche, le céteau…),
  • une activité portuaire importante (60 ports aux vocations diverses : commerce et industrie, plaisance, pêche, conchyliculture),
  • de multiples activités de loisirs très pratiquées.

Ces activités sont liées au bon état écologique du milieu et constituent de forts enjeux socio-économiques.

Objectifs et orientations du Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis

Les trois objectifs fondamentaux d’un parc naturel marin sont :

  • Mieux connaître le milieu marin
  • Protéger ce milieu et les espèces qu’il abrite,
  • Contribuer au développement durable des activités maritimes.

Chaque parc adapte ces objectifs pour répondre aux enjeux locaux dans ses orientations de gestion.

Les six orientations de gestion du Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis :

  • Améliorer et partager la connaissance scientifique et empirique des milieux marins, des espèces et des usages,
  • Préserver et restaurer les milieux et les fonctionnalités écologiques, dans un équilibre durable entre biodiversité et activités socio-économiques,
  • Renforcer le lien terre-mer par le partenariat des acteurs concernés afin de préserver la qualité et la quantité des eaux,
  • Promouvoir et développer les activités de pêche professionnelle (côtière et estuarienne), aquacoles et conchylicoles, dans le respect des écosystèmes marins,
  • Promouvoir et développer les activités maritimes portuaires et industrielles ainsi que les activités de loisirs dans le respect des écosystèmes marins,
  • Diffuser, auprès du plus grand nombre, la passion de la mer et impliquer chacun dans la préservation du milieu maritime et littoral.

Ces orientations sont déclinées dans un plan de gestion, feuille de route du Parc naturel marin pour les 15 années à venir.

Gouvernance et organisation

vignette_67_33
texte_p_67_33

Un conseil de gestion définit et met en œuvre la politique du Parc, dans le cadre des six orientations de gestion fixées à la création du Parc.
Il est composé de représentants de tous les groupes d’acteurs locaux concernés par l’espace marin couvert par le Parc. Il se réunit deux à trois fois par an.

L’équipe du Parc naturel marin est constituée d’une vingtaine d’agents de l’Office français de la biodiversité.
Elle élabore la stratégie pluriannuelle d’actions et la décline chaque année au travers du programme d’actions, met en œuvre les mesures de gestion prévues, instruit les dossiers techniques concernant les demandes d’avis soumis au conseil de gestion.

Les agents de l’unité « opérations » surveillent et contrôlent les usages, assurent les suivis scientifiques et sensibilisent les usagers. Les agents inspecteurs de l’environnement, sont commissionnés et assermentés pour faire appliquer les réglementations en matière de police de l’environnement.

Quelques exemples d’actions

> Mieux connaître le maigre
Le maigre suscite un intérêt fort de la pêche maritime professionnelle et de loisir. L’enjeu pour le Parc naturel marin, qui héberge le principal site de reproduction de l’espèce en France, est de préserver cette ressource halieutique d’importance.

Pour mieux connaître la façon dont est exploiter le maigre et mieux le préserver, le Parc naturel marin s’est, dans un premier temps, associé à l’IFREMER afin de développer des indicateurs basés sur le poids et la taille des poissons capturés sur les dernières décennies.
Pour approfondir ces analyses, le Parc naturel marin avec l’IFREMER, l’AGLIA, les comités des pêches et plusieurs organisations de producteurs ont lancé le projet ACOST (Amélioration de la connaissance sur les stocks du golfe de Gascogne). Pendant 5 ans, de 2020 à 2025, des suivis sont menés sur quatre espèces du Golfe de Gascogne - le lieu jaune, le merlan, le rouget barbet et le maigre - afin d’évaluer les populations et d’assurer leur exploitation de façon durable. Ce projet aura, en partie, comme objectifs :

  • d’établir l’aire de fréquentation de la population de maigre exploitée dans le Parc, grâce à des marquages effectués au mois de juin ;
  • d’évaluer le nombre de maigres adultes reproducteurs, à l’aide d’une méthode innovante basée sur la génétique.

En parallèle de ce projet, le Parc s’intéresse aux pratiques de la pêche de loisir du maigre et réalise un diagnostic sur :

  • les différentes techniques de pêche utilisées,
  • leurs périodes et les zones d’utilisation,
  • le nombre de pratiquants par secteurs géographiques,
  • l’évaluation du nombre de captures.

> La charte "pêcheurs investis - maigres reproduits"
Des pêcheurs professionnels pratiquent une fécondation artificielle à bord des navires afin d’optimiser les chances de reproduction et augmenter le nombre d’œufs fécondés dans le milieu.
Le Parc apporte son soutien aux comités des pêches de Charente-Maritime et de Gironde dans la mise en œuvre d’une charte de bonnes pratiques relative à la fécondation artificielle des maigres dans l’estuaire de la Gironde : « Pêcheurs investis, maigres reproduits ».

Les pêcheurs signataires de cette charte s’engagent à respecter les recommandations et la méthodologie pour garantir la remise à l’eau d’un maximum d’œufs fécondés, et concourir à la gestion durable de la population de maigres dans les eaux du Parc.

> Appui aux opérateurs de loisirs nautiques pour une meilleure prise en compte de l'environnement marin
Le Parc naturel marin cherche à favoriser une offre de loisirs nautiques qui préserve et valorise les milieux marins et à limiter les pressions sur le milieu naturel, les espèces et les habitats.
En 2021, le projet est dans sa première phase. Elle consiste à se coordonner avec les différents acteurs des activités nautiques (EPCI, Offices de Tourisme, Fédérations sportives), et à définir et mettre œuvre, avec les opérateurs concernés, une première série d'actions, telles que :

  • la mise en place de séances de formation/sensibilisation à destination des opérateurs,
  • l'édition de fiches pédagogiques pour les encadrants,
  • le lancement d'une réflexion sur la mise en place d'une charte "guide partenaire"