Les forces de la biodiversité

L’Office français de la biodiversité (OFB) est un établissement public dédié à la sauvegarde de la biodiversité. Il est chargé de la protection et la restauration de la biodiversité dans l’Hexagone et en Outre-mer.

Créé au 1er janvier 2020 par la loi n°2019-773 du 24 juillet 2019, l’Office français de la biodiversité est sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Pierre Dubreuil en est le directeur général.

L’OFB est au cœur de l’action pour la préservation du vivant dans les milieux aquatiques, terrestres et marins. Il joue un rôle essentiel pour lutter contre l’érosion de la biodiversité face aux pressions comme la destruction et la fragmentation des milieux naturels, les diverses pollutions, la surexploitation des ressources naturelles, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes ou encore les conséquences des dérèglements climatiques.

Cet établissement public travaille chaque jour en mobilisant un ensemble d’acteurs, de décideurs et de citoyens autour de la biodiversité : État, collectivités territoriales, associations, entreprises, scientifiques, agriculteurs, pêcheurs, chasseurs, pratiquants des sports de nature… Un rôle de levier indispensable à la réduction des pressions exercées sur la faune, la flore et leurs habitats.

L’OFB est responsable de 5 missions complémentaires :

Les forces de la biodiversité

L’Office français de la biodiversité s’appuie sur l’expertise de ses 2 800 agents, dont les 2/3 évoluent sur le terrain avec, notamment, 1 700 inspecteurs de l’environnement. Les équipes de l’OFB interviennent chaque jour au cœur des territoires pour prévenir et lutter contre les atteintes à la biodiversité, mais aussi mieux appréhender les écosystèmes, comprendre leur fonctionnement et leur adaptation face aux pressions qui les entoure.

En 2019, le rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) identifie 5 causes majeures du déclin de la biodiversité :

  • la surexploitation des ressources
  • les pollutions
  • les espèces exotiques envahissantes
  • l’artificialisation des sols
  • le changement climatique

Lutte contre les pollutions de l’eau, protection des Posidonies en Méditerranée, des tortues marines en Guyane ou du poulpe à Mayotte, gestion de la sécheresse, préservation des haies…, les agents de l’OFB agissent au quotidien sur ces 5 facteurs d’érosion de la biodiversité.

Les posidonies

Gestion de la sécheresse

Les haies

Le poulpe à Mayotte

Pollution de l'eau

Le fuligule milouin

Tortues marines en Guyane

Éviter, réduire, compenser : grands chantiers

Le gobie

Le chardonneret

Des moyens au service de la biodiversité

Pour remplir ses missions, l’Office s’appuie sur des équipes pluridisciplinaires (inspecteurs de l’environnement, ingénieurs, vétérinaires, techniciens, personnels administratifs, etc.) qui comptent plus de 2 800 agents répartis sur tout le territoire national.

Il s’est organisé de façon matricielle pour prendre en compte tous les milieux, en transversalité, selon une articulation à trois niveaux :

  • une échelle nationale où se définissent et se pilotent la politique et la stratégie de l’OFB (directions et délégations nationales) ;
  • une échelle régionale où s’exercent la coordination et la déclinaison territoriale (directions régionales) ;
  • des échelons départementaux et locaux, de mise en œuvre opérationnelle et spécifique (services départementaux, antennes de façade, parcs naturels marins, etc .).

Dans le cadre de son budget initial pour 2021, l’OFB bénéficie de 457 millions d’euros de ressources, qui lui permettent notamment de réaliser une contribution au profit des onze parcs nationaux (y compris le nouveau Parc national de forêts) à hauteur de 67,5 millions d’euros.

Ses ressources proviennent notamment :

  • d’une contribution annuelle des agences de l’eau à hauteur de 373 millions d’euros, intégrant une dotation de 41 millions d’euros dédiée au financement du plan Écophyto ;
  • d’une subvention pour charges de service public de l’État inscrite sur le programme 113 « Paysages, eau et biodiversité » de la mission « Ecologie, développement et mobilité durables » pour 51 millions d’euros ;
  • d’une dotation issue du programme 362 « Ecologie » de la mission budgétaire « Plan de relance » pour 21 millions d’euros. »

L'OFB en chiffres

  • 2 800 agents, environ 2 000 agents de terrain dont près de 1 700 inspecteurs de l'environnement
  • 11 directions régionales et une direction interrégionale métropolitaine
  • 1 direction des Outre-mer composée de 5 délégations territoriales
  • 8 parcs naturels marins et le sanctuaire Agoa
  • 30 réserves