L'Office français de la biodiversité

Qui sommes-nous ?

L’Office français de la biodiversité (OFB), est né le 1er janvier 2020. Ce nouvel établissement public, placé sous la tutelle des ministres chargés de l’environnement et de l’agriculture, a été créé pour protéger et restaurer la biodiversité . Il intègre les missions, les périmètres d’intervention et les 2 800 agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Il contribue, s'agissant des milieux terrestres, aquatiques et marins, à la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité ainsi qu'à la gestion équilibrée et durable de l'eau en coordination avec la politique nationale de lutte contre le réchauffement climatique (loi n°2019-773 du 24 juillet).

 

Pourquoi un Office français de la biodiversité ?

Le nouvel établissement répond à trois enjeux majeurs :  

  • Simplifier l’organisation par le rapprochement des expertises complémentaires de l’AFB et de l’ONCFS pour une meilleure lisibilité de leurs actions au service d’une seule et même stratégie.
  • Coordonner pour renforcer l’efficacité des politiques publiques dans les domaines du climat, de l’eau et de la biodiversité. L’opérateur renforcera également son ancrage et son maillage territorial en développant et en consolidant les partenariats avec les régions en métropole et dans les outre-mer, ainsi qu’avec les collectivités d’outre-mer. La dynamique de création d’agences régionales de biodiversité sera donc poursuivie.
  • Renforcer l’action territoriale pour garantir un partage équilibré des usages et des espaces naturels, le respect des règles de protection de l’environnement et le maintien d’un environnement de qualité. Dans le cadre de la création de l’OFB, les pouvoirs des inspecteurs de l’environnement seront renforcés, afin qu’ils puissent constater plus efficacement les infractions environnementales et qu’elles soient ainsi mieux sanctionnées.

Des savoir-faire partagés

L’OFB réunit les professionnels de l’Agence française pour la biodiversité et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Il bénéficie ainsi de l’union des compétences, des expériences et des actions de différents anciens organismes :

  • l’Agence des aires marines protégées,
  • l’Atelier technique des espaces naturels,
  • l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques,
  • les Parcs nationaux de France,
  • la Fédération des conservatoires botaniques nationaux,
  • le Muséum national d’histoire naturelle,
  • 27 réserves de faune sauvage.

Le centre d’expertise et de données sur la nature, PatriNat, est co-géré par l’OFB, le Muséum national d’histoire naturelle et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

vignette_67_33
texte_p_67_33

En matière d’espaces protégés

L’OFB gère les neuf parcs naturels marins et le sanctuaire de mammifères marins Agoa aux Antilles.

Il a en charge des sites Natura 2000 en mer.

Il a aussi une implication (gestion ou co-gestion) dans 27 réserves de faune sauvage, totalisant près de 60 000 hectares d’espaces protégés qui permettent de mener études et expérimentations.

Les 11 parcs nationaux sont rattachés à l'Office.

 

Construire ensemble

L’OFB a aussi vocation d'aller à la rencontre du public pour mobiliser les citoyens en faveur de la biodiversité. Il exerce des missions d’appui à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de :

  • la connaissance
  • la préservation
  • la gestion et la restauration de la biodiversité des milieux terrestres, aquatiques et marins.

Il s’appuie aujourd’hui sur le savoir-faire et l’expertise des deux organismes déjà engagés dans ces politiques depuis des années. Il bénéficie des connaissances et des compétences de 2800 agents et compte développer progressivement de nouvelles missions selon les besoins de la nature.

L’OFB interagit en concertation avec différents partenaires :

  • les collectivités territoriales
  • le monde cynégétique et notamment les fédérations de chasseurs, mais aussi les acteurs de l’eau et de la mer
  • les établissements publics, les instituts de recherche et les gestionnaires d’espaces naturels
  • les acteurs socio-économiques, les associations et les fondations.

Cette année, la France organise le prochain Congrès mondial de la nature du 11 au 19 juin 2020.
Pour la première fois, cet événement international sur la protection de la nature accueillera le grand public au sein des « Espaces Générations Nature (EGN) ». Ces espaces auront un double objectif :

  • donner aux visiteurs les clés pour agir en faveur de la biodiversité,
  • leur faire découvrir les engagements des acteurs français.

Ces animations sont co-pilotées par le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’OFB. Elles seront composées d’espaces pédagogiques et ludiques et artistiques.

Préserver et reconquérir la biodiversité

Par son action, l’OFB accompagne l’État dans ses objectifs de reconquête de la biodiversité, encadrés par de nombreux textes juridiques et en particulier :

    Elle contribue également à l’élaboration et à la mise en œuvre de plans d’actions et de stratégies de gestion de la biodiversité au niveau national :

    • espèces exotiques envahissantes,
    • poissons migrateurs,
    • trame verte et bleue,
    • continuité écologique des cours d’eau, etc.

    Des moyens au service de la biodiversité

    Pour remplir ses missions, l’Office s’appuie sur des équipes pluridisciplinaires (inspecteurs de l’environnement, ingénieurs, vétérinaires, techniciens, personnels administratifs, etc.) qui comptent plus de 2 800 agents répartis sur tout le territoire national.

    Il s’est organisé de façon matricielle pour prendre en compte tous les milieux, en transversalité, selon une articulation à trois niveaux :

    • une échelle nationale où se définissent et se pilotent la politique et la stratégie de l’OFB (directions et délégations nationales) ;
    • une échelle régionale où s’exercent la coordination et la déclinaison territoriale (directions régionales) ;
    • des échelons départementaux et locaux, de mise en œuvre opérationnelle et spécifique (services départementaux, antennes de façade, parcs naturels marins, etc.).

    Dans le cadre de son budget pour 2020, l’OFB bénéficie de 423,4 millions d’euros de ressources, qui lui permettent notamment de réaliser une contribution au profit des onze parcs nationaux (y compris le nouveau parc national de forêts) à hauteur de 66,7 millions d’euros.

    Ses ressources proviennent notamment :

    • d’une contribution annuelle des agences de l’eau à hauteur de 332 millions d’euros ;
    • du prélèvement annuel sur le produit de la redevance pour pollutions diffuses au titre du plan Écophyto pour 41 millions d’euros ;
    • et d’une subvention pour charges de service public de l’État inscrite sur le programme 113 « Paysages, eau et biodiversité » de la mission « Ecologie, développement et mobilité durables » pour 41 millions d’euros.