Presse
National

22 mai, Journée internationale de la biodiversité : les citoyens et l'OFB en première ligne pour préserver notre nature

Mobilisation
Sensibilisation

Une majorité de Français profite à nouveau des espaces naturels depuis le 11 mai. Dans le cadre de la Journée internationale de la biodiversité biologique organisée par l'ONU, l'Office français de la biodiversité (OFB) rappelle le rôle essentiel de chaque citoyen dans la préservation de nos écosystèmes.

Le 22 mai se tient la 28e édition de la Journée internationale de la biodiversité biologique. Organisée par l'assemblée générale des Nations unies, cette campagne mondiale vise à sensibiliser les citoyens à la richesse des espèces végétales et animales sur Terre. L'édition 2020, à travers la thématique « Nos solutions sont dans la nature », met l'accent sur les apports indispensables d'écosystèmes sains et dynamiques pour notre eau, notre nourriture, nos médicaments, nos vêtements, notre carburant ou encore notre énergie.

Les citoyens, acteurs clés de la préservation de la biodiversité

Si la préservation de la biodiversité nécessite des stratégies nationales et une coopération internationale, l'OFB a pour mission au quotidien de promouvoir le rôle essentiel des citoyens dans la sauvegarde de notre nature et de les accompagner pour une meilleure connaissance des milieux naturels.

La vigilance de tous est particulièrement nécessaire alors que la France sort de deux mois confinement. Ainsi, avec de nombreux espaces naturels terrestres et maritimes à nouveau accessibles, l'OFB rappelle la nécessité de ne pas déranger les espèces animales rencontrées, d'éviter les promenades dans les milieux naturels sensibles (zones humides, dunes littorales, falaises, etc.) et de limiter des émissions sonores. Une discrétion qui offre d'ailleurs plus de chances d'observer des animaux sauvages.

L'Office rappelle aussi la nécessité d'attacher ses animaux de compagnie lors de balades dans la nature. Enfin, s'il est tentant d'aider un animal blessé ou en difficulté, ce dernier peut être effrayé et imprévisible. Il doit donc être signalé à l'un des 31 centres français de sauvegarde de la faune sauvage qui interviendra au plus vite pour soigner puis relâcher l'espèce dans son environnement naturel.

L'OFB met l'accent également sur certaines pollutions facilement évitables et pourtant néfastes pour notre biodiversité. Si la problématique des sacs plastiques est maintenant connue de tous, il ne faut pas oublier les mégots de cigarettes ou chewing-gums qui libèrent des substances chimiques toxiques comme de l'arsenic et d'autres polluants persistants pouvant être nocifs pour les espèces animales s'ils sont ingérés. L'établissement rappelle donc l'importance de ne jamais abandonner ses déchets dans la nature ou en mer.

L'ensemble des bons gestes pour préserver la biodiversité dans les milieux naturels, chez soi ou au sein de son entreprise sont accessibles sur le site de l'OFB : https://agir.biodiversitetousvivants.fr/

Un établissement au cœur de la préservation de la biodiversité

Alors que plus de 1 200 espèces sont menacées d'extinction en France, que plus d'un tiers des récifs coralliens et des mammifères marins sont en danger et que 60 % des populations vertébrées ont décliné entre 1970 et 2014 au niveau mondial, l'Office français de la biodiversité a pour mission de fédérer et d'accompagner l'ensemble des parties prenantes (citoyens acteurs privés et publics, associations, etc.) dans la lutte contre l'érosion de la biodiversité.

L'OFB s'appuie ainsi sur 2 800 agents dont 1 800 inspecteurs de l'environnement pour mener à bien ses 5 missions : connaissance et expertise ; police de l'environnement ; appui aux politiques publiques ; mobilisation de la société ; gestion des espaces naturels.

Téléchargez le communiqué de presse