Actualités
Provence-Alpes-Côte d'Azur

Lancement du suivi de la restauration du marais de l’Estagnol

Milieu aquatique

Le projet de restauration de la zone humide de l’Estagnol a été sélectionné pour faire partie des 10 sites pilotes du Life intégré ARTISAN. Ce programme financé par l’Union européenne a pour objectif de démontrer l’efficacité et les avantages des Solutions fondées sur la Nature (SfN), dans une région où le réchauffement climatique devrait augmenter la fréquence des crues et le risque d’inondations.

Situé à proximité immédiate de l’agglomération toulonnaise, sur la commune de La Crau (83), le site de l’Estagnol a perdu son caractère humide. Drainé pour l’agriculture, il a été remblayé à partir des années 1990’ par les industries alentours. Une évacuation partielle de ces remblais réalisée par la suite a laissé réapparaître un milieu toujours très riche du point de vue de la biodiversité.  

La restauration de ses fonctionnalités va permettre de créer une zone refuge pour les espèces inféodées aux zones humides de basse altitude, qui se font de plus en plus rare sur le bassin méditerranéen (la Jacinthe romaine, la cistude d’Europe, le campagnol amphibie ou encore la diane ont déjà été observés sur place).

Les 11 000 habitants de son bassin versant (celui de l’Eygoutier) sont exposés à un aléa fréquent, la forte artificialisation des sols dans cette zone côtière attractive aggravant le phénomène de ruissellement intense. Le projet de restauration va permettre de poursuivre l’enlèvement des remblais afin d’accroître le potentiel de rétention des eaux de ruissellement et, in fine, la résilience du bassin versant par la diminution des pics de crues. Plusieurs scénarios d’aménagement sont en cours de réflexion et intègrent des parcours de fréquentation. La restauration est prévue sur 27 hectares.

Des dispositifs de suivis et d’évaluation permettront à terme de confirmer les co-bénéfices engendrés par de telles pratiques par rapport aux ouvrages d’ingénierie classique, tel que l’effet d’îlot de fraicheur pour les riverains et plus largement l’amélioration du cadre de vie.

C’est donc un projet de restauration ambitieux qui répond à la dénomination de « Solutions fondées sur la Nature ». Il devra néanmoins surmonter des contraintes, et pas des moindres, telles que l’acquisition du foncier, et l’appréhension de la population au sujet des zones humides. L’acceptation sociale d’un tel projet est indispensable pour garantir la pérennité de la solution, bien après les travaux.

Il est porté par le Syndicat de Gestion de l’Eygoutier (SGE), en partenariat avec l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement (INRAE) et financé par le Life ARTISAN et par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, dans le cadre de la Gestion de l’Eau, des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI).

Le projet Life ARTISAN

Le projet ARTISAN (Accroitre la Résilience des Territoires en incitant à l’usage des Solutions d’Adaptation fondées sur la Nature) est piloté à l’échelle nationale par l’Office français de la biodiversité (OFB) avec le concours financier du fond européen LIFE et de l’Etat français. Il a pour objectif de généraliser le recours aux actions de protection, de gestion durable et de restauration des écosystèmes qui répondent au défi sociétal de l’adaptation au changement climatique. Pour cela, il s’appuie sur 28 Bénéficiaires Associés (dont ONERC, Ademe, UICN, Cerema, CDC-B, etc.) et 13 réseaux régionaux qui seront montés d’ici juin 2021, pour mobiliser le plus grand nombre d’acteurs, au plus près des territoires, sur la thématique croisée de la biodiversité et du changement climatique.