Actualités
Hauts-de-France
National

Opération de réintroduction de civelles dans leur milieu naturel

Police de l'environnement
Réglementation
Espèces

Mercredi 01 avril 2020, les agents de l'Office français de la biodiversité de la Somme ont mené une opération de réintroduction de civelles dans la baie de Saint-Valery-sur-Somme. Alevin de l'anguille, la civelle est une espèce en voie d'extinction pour laquelle la pêche est encadrée et soumise à des quotas.

66 kilos de civelles relâchés

Suite à une demande de pêcheurs qui ne pouvaient pas écouler leurs prises faute de mareyeurs en activité durant cette période de confinement, le Comité Régional des Pêches Maritimes des Hauts de France a saisi la Direction de la Mer et du Littoral (DML) pour une réintroduction de civelles dans le milieu naturel. Le service départemental de la Somme de l’OFB a été associé à l'opération, notamment pour définir le point de remise à l'eau.

Les inspecteurs de l'environnement ont ainsi été sollicités pour :

  • définir le lieu de réintroduction, à savoir un milieu compatible avec les exigences biologiques de l’espèce,
  • prendre en charge les civelles auprès des pêcheurs après contrôle des journaux de pêches et pesée en leur présence,
  • réintroduire les civelles dans leur milieu naturel en présence de l'Unité Littoral des Affaires Maritimes 62/80

Grâce à l'intervention de l'ensemble de ces acteurs, 66 kilos de civelles ont pu être réintroduits dans la baie de Saint-Valery-sur-Somme, en domaine fluvial. Sans cette action, les civelles étaient vouées à mourir dans leur vivier avant d’être jetées.

L'anguille européenne, une espèce en voie d'extinction

Après avoir subi un brusque effondrement dans les années 80, la population d'anguilles européennes a poursuivi son déclin jusqu'à être aujourd'hui classée en danger critique d'extinction sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature. Une des causes principale de ce déclin est la pêche illégale de civelles, qui se revendent à prix d'or (350-420€/kg au sortir des bateaux). Pour remédier à cette situation un plan d’actions européen de sauvegarde a été mis en place. Ce plan a permis d'instaurer des quotas pour la pêche et d'interdire l'exportation des civelles hors de l'Union européenne.

Les Unités Spécialisées Migrateurs (USM) et les services départementaux de façade maritime de l'Office français de la biodiversité sont pleinement impliqués contre le braconnage de civelles. Tout au long de l'année, ils réalisent - entre autres - des contrôles sur le respect de la réglementation de la pêche et la traçabilité de la filière de commercialisation. Les agents de l'Office français de la biodiversité redoublent de vigilance entre octobre et mai, période de reproduction de l'anguille.