La réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette

L’Office français de la biodiversité est co-gestionnaire de la réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette en Pays de la Loire.

vignette_67_33
Vue aérienne de la réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette. Crédit photo : Réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette
texte_p_67_33


Située au sud de la Vendée, la réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette a été créée le 31 août 2011.

Mi marine, mi terrestre, cette lagune naturelle de 337 hectares est en grande majorité localisée dans le périmètre du Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis.

Elle se caractérise par une très forte dynamique d’évolution naturelle remodelant en permanence les paysages et les habitats naturels et générant des fonctions écologiques et une richesse biologique quasi unique sur le littoral français.

Habitats et espèces de la réserve

La réserve est une lagune ouverte avec ses passes et bancs de sable se déplaçant au cours du temps et déterminant l’évolution de très nombreux habitats en permanence remodelés (système dunaire complet, vasières prés-salés, etc). Parmi cette très forte diversité d’habitats, deux sont identifiés comme prioritaire par la Directive Habitats Faune Flore, la lagune en mer à marée et les dunes grises des côtes atlantique.

234 espèces d’oiseaux ont été recensées, dont le Hibou des marais à très fort enjeu de préservation en hivernage, et le Balbuzard pêcheur en migration.
La réserve est un des principaux sites de nidification dans le périmètre du Parc naturel marin pour le Pipit rousseline, Pipit farlouse et le Gravelot à collier interrompu.

15 espèces de mammifères sont présentes dont la Loutre d’Europe ainsi que 15 espèces d’insectes patrimoniaux telles que le criquet des salines. C’est également l’unique site des pays de la Loire où se croisent les 5 espèces de cicindèles.
Dix espèces d’amphibiens dont le très rare et menacé Pélobate cultripède (un des derniers sites de présence pérenne de l’espèce sur le littoral atlantique) et reptiles viennent compléter la liste des espèces animales présentes dans la réserve.

Loutre d'Europe. Crédit photo : Régis Descamps / OFB

En ce qui concerne la flore, 360 espèces végétales ont été recensées dont 32 ont une importante valeur patrimoniale et 10 sont protégées (Œillet de France, Odontite de Jaubert, Renouée maritime…) au niveau régional et national.

L'OFB, co-gestionnaire de la réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette

Depuis l’automne 2012, l’État a confié la gestion à la Ligue pour la Protection des Oiseaux (gestionnaire principal) et à l’Office français de la biodiversité (Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis) en tant que co-gestionnaire.
La fédération de chasse de Vendée est partenaire sur la gestion cynégétique du site et pour la sensibilisation du grand public.

Ensemble, ils mettent en œuvre le plan de gestion pour répondre aux objectifs de conservation.
Six domaines d’activités prioritaires ont été définis :

  • surveillance du territoire et police de l’environnement ;
  • connaissance et suivi continu du patrimoine naturel ;
  • prestations de conseil, études et ingénierie ;
  • interventions sur le patrimoine naturel ;
  • création et maintenance d’infrastructures d’accueil ;
  • management et soutien.

Un comité consultatif regroupant l’ensemble des acteurs de la Réserve est chargé de suivre et d’évaluer la gestion. Pour assister le gestionnaire et le comité consultatif, le conseil scientifique apporte son expertise.

Réglementation dans la réserve

  • La réserve est accessible aux visiteurs dans la limite et le respect des sentiers aménagés et balisés
  • Les chiens y sont tolérés mais uniquement tenus en laisse.
  • La navigation y est interdite et les survols autorisés à plus de 300 mètres de hauteur.

> Consultez le site de la réserve naturelle nationale de la Casse de la Belle Henriette