La réserve naturelle nationale de l’Estagnol

L’Office français de la biodiversité est propriétaire et co-gestionnaire de la réserve naturelle nationale de l’Estagnol en Occitanie.

Situé dans le département de l’Hérault, l’Estagnol a été classé en réserve naturelle nationale en 1975, à l’initiative des chasseurs et des naturalistes locaux.

vignette_67_33
texte_p_67_33

Partagés entre milieux aquatiques et terrestres, les paysages de la réserve témoignent de la diversité des activités qui s’y sont succédé : saliculture, sagne, pêche, pâturage, chasse ou zone de stockage de gravats d’une exploitation minière périphérique.

Reconnue comme zone d’importance pour la biodiversité, la réserve de l’Estagnol bénéficie d'outils de conservation multiples :

  • Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique
  • Zone importante pour la conservation des oiseaux
  • Site Natura 2000
  • Zone Ramsar pour sa zone humide d’importance nationale

Habitats et espèces de la réserve

Sur ses 78 hectares, la réserve naturelle nationale de l’Estagnol est une zone humide légèrement saumâtre abritant plusieurs espèces patrimoniales.

En 2021, 329 espèces végétales ont été inventoriées sur le site telles que le Pigamon méditerranéen ou la Nivéole d’été, et 1 360 espèces animales, en majorité des insectes, ont été recensées.
L’Estagnol est un espace privilégié pour certaines espèces en reproduction et en hivernage ainsi qu'une halte migratoire, où les oiseaux peuvent se reposer et se nourrir en toute quiétude avant de rejoindre l’Espagne et l’Afrique. La réserve sert aussi de refuge au plus petit mammifère d’Europe : la Musaraigne étrusque.
Un programme de réintroduction d’une tortue aquatique, la Cistude d’Europe, est également mené avec succès sur le périmètre du site depuis 2007.

L’ensemble de la biodiversité présente sur la réserve de l’Estagnol a été regroupée au sein de quatre cibles de conservation :

  • L’étang, qui inclut la roselière ainsi que les eaux libres (clairs d’eau et roubines) ;
  • Les prairies humides, incluant les gazons méditerranéens, les prés salés ainsi que les dépressions et les bordures d’étang avec le cortège de végétation des mares temporaires ;
  • La ripisylve, composée de linéaires de faibles densités, de frênes et de peupliers ainsi que de l'ensemble des strates végétales qui les composent dont la strate herbacée ;
  • La Cistude d’Europe, elle est la seule espèce ayant été désignée comme une cible distincte car faisant l’objet de menaces et de stratégies spécifiques.

L’OFB, co-gestionnaire de la réserve naturelle nationale de l’Estagnol

Propriété de l’Office français de la biodiversité, la réserve est gérée par l’établissement depuis sa création en 1975. Depuis 2018, une co-gestion est mise en place avec le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie.

Depuis le classement en réserve, quatre plans de gestion ont été élaborés ; le premier pour la période 2001-2005 a été examiné par le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) le 26 avril 2000, et agréé par le Ministre chargé de l’environnement le 11 mai 2000. Le dernier plan de gestion vaut pour la période 2019-2028.

Le diagnostic réalisé à cette occasion a permis de dégager trois grands enjeux qui s’articulent autour des trois grandes missions des Réserves Naturelles de France : protéger, gérer et sensibiliser.

En effet, le rôle des espaces naturels protégés ne se limite pas à la préservation des espèces et des espaces, il s'organise autour de différents enjeux :

  • Conservation : La réserve de l’Estagnol participe à la conservation des habitats méditerranéens. Les espèces que l’on y rencontre, d’intérêt patrimonial ou communes, sédentaires ou de passage, y trouvent refuge pour réaliser l’ensemble ou une partie de leur cycle de vie.
  • Amélioration des connaissances : L’Estagnol joue un rôle important dans l’amélioration des connaissances sur les habitats, les espèces et leur fonctionnement.
  • Sensibilisation : Auparavant strictement fermée au public, la réserve accueille aujourd’hui des groupes scolaires et organise des sorties encadrées pour sensibiliser le grand public à la protection de l'environnement et faire évoluer les comportements.

Les opérations conduites sur le site sont regroupées autour des facteurs de menaces que sont les espèces « problématiques » (sanglier, espèces végétales exotiques envahissantes), le dérangement, les changements climatiques et globaux, la gestion des pratiques agricoles sur les parcelles périphériques, la pollution et enfin la connectivité de la réserve avec les espaces naturels voisins.

Réglementation dans la réserve

L'arrêté ministériel de création de la réserve naturelle nationale de l’Estagnol est à l’origine d’un règlement interne strict visant à interdire :

  • la pénétration du public ;
  • l'exercice de la chasse et de la pêche ;
  • le prélèvement ou l'apport extérieur d’œufs ou d'animaux ;
  • le dépôt d'ordures et de tout objet incandescent ou enflammé ;
  • le dérangement de la vie sauvage par des bruits ou toute sorte de nuisance ;
  • tout travail susceptible de modifier l'état de la réserve sauf exceptions concernant la conservation et le développement de la faune aviaire ;
  • l'emploi de tout produit chimique.

Des autorisations spéciales d’accès à la réserve sont délivrées aux partenaires réalisant des études scientifiques ou des protocoles de suivi, ainsi qu’à tous stagiaires et contractuels employés par la réserve.

Dans cette rubrique :