Presse
Océan Atlantique (Outre-mer)

Commerce illégal d'oiseaux chanteurs

Police de l'environnement
Réglementation
Espèces

Samedi 6 février, après plusieurs mois d'enquête, les agents de l'Office français de la biodiversité (OFB) et de la Gendarmerie Nationale ont interpellé 4 individus qui vendaient des oiseaux chanteurs sur le marché de Saint-Laurent du Maroni.

Cette enquête, dirigée par les agents de l'OFB depuis le mois de septembre, en cosaisine avec les enquêteurs de la Brigade de recherches (BR) de la Gendarmerie, a permis de mettre en évidence que ces personnes commercialisaient des oiseaux depuis plusieurs années.

Une dizaine d'oiseaux étaient vendus, chaque jour de marché, entre 40 euros et 400 euros pièce.
Ces oiseaux étaient achetés dans différents endroits de l'Ouest Guyanais et au Suriname. Lors de l'intervention sur le marché de Saint-Laurent du Maroni, 37 oiseaux ont été saisis par les équipes d'enquêteurs de l'OFB, de la BR et de la brigade territoriale, accompagnés par le PSIG. 34 oiseaux ont pu être relâchés directement dans le milieu naturel.

Le commerce de la faune sauvage est la principale cause de disparition des espèces dans la nature. En Guyane, le commerce des oiseaux issus du milieu naturel est strictement interdit par l'arrêté ministériel du 25/03/2015 relatif à la protection des espèces d'oiseaux guyanais.

Le équipes de l'OFB interviennent régulièrement sur les zones de vente, qu'ils s'agissent des marchés ou sur les réseaux sociaux afin de lutter contre ces infractions et prévenir le dommage à la nature du Guyane.

Téléchargez le communiqué de presse