Les bienfaits de la biodiversité sur les loisirs

A la mer, à la campagne, à la montagne, très loin ou juste à côté de chez soi, la nature et la biodiversité offrent un cadre agréable où il fait bon s’évader, pratiquer un sport, trouver l’inspiration, ou assouvir sa soif de grands espaces. 
Parmi les usagers qui profitent de la nature pour leurs loisirs différents profils peuvent se dessiner : les « sensitifs », « les sportifs et adeptes du plein air », et les « consommateurs ou préleveurs ». 

Les « sensitifs » : la nature source d’émotions

vignette_67_33
Mère et son enfant assis dans l'herbe. Crédits : Pixabay
texte_p_67_33

Pour eux, le contact avec la nature procure une émotion, est source d’inspiration, donne soif d’aventures et suscite la curiosité. 

Un creuset inépuisable d’émotions

Un coucher de soleil, les tonalités automnales des végétaux, un orage en montagne, la puissance des vagues ou une petite fleur sortie de la fissure d’un trottoir… Le spectacle de la nature suscite émerveillement, apaisement, peur, attraction ou répulsion, désir de connaissance, envie de la protéger, de la posséder ou de la détruire. 

Hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus) dans une panne dunaire à la fin du printemps, Pays-Bas. Crédits : Nico van Kappel / Biosphoto
Un animal venimeux peut susciter l’attrait ou la répulsion. Ici, un crotale des bambous dans les bambous. Crédits : Daniel Heuclin / Biosphoto
Les forces de la nature peuvent également susciter des passions ou la crainte et le sentiment de mise en danger. Ici, éruption volcanique du Piton de la Fournaise à La Réunion, en juillet 2015. Crédits : Gabriel Barathieu / Biosphoto

Un terrain d’aventure et de risque

Les milieux naturels peuvent susciter des envies d’aventure, ou de se confronter au risque. C’est parce que la nature a toujours provoqué la curiosité que des explorateurs ont découvert de nouveaux continents.

vignette_67_33
La curiosité et le dépassement de soi permettent d’aller toujours plus loin. Crédits : Martin Braito /OFB:
texte_p_67_33

Un attrait pour les territoires

Les visiteurs sont autant attirés par les paysages caractéristiques des régions que par leur patrimoine culturel. Plus la biodiversité sauvage ou domestique régionale est unique, plus le territoire dispose d’une identité à laquelle les habitants de la région sont attachés. Les mirabelles de Lorraine, les sommets des Alpes, les volcans d’Auvergne, ou encore le lagon de Mayotte sont autant de trésors de la nature qui identifient un territoire et une multitude de terroirs. 

La campagne représente 30% des nuits de tous les séjours touristiques en France (source ministère de l’économie).

Une source d’inspiration

Culte religieux ? Plan de chasse ? Plaisir esthétique ? Nous ne savons toujours pas pourquoi les premiers humains dessinaient les animaux sur les parois des grottes. Mais les chefs d’œuvres tracés au doigt et au charbon de bois racontent la vie des tribus d’une époque et donnent mille indications sur leur environnement naturel. 

Visitez la grotte Chauvet virtuellement

La nature est la plus ancienne des sources d’inspiration. Crédits : Pixabay
vignette_67_33
Au XIXe siècle, les impressionnistes ont renouvelé les codes de la peinture officielle en peignant en plein air. Crédits : Pexels
texte_p_67_33

Des musiciens et des chanteurs puisent également leur inspiration dans des éléments naturels, depuis "Les quatre saisons" de Vivaldi jusqu’à l’album "Náttúra" de Björk, conçu aussi comme un acte militant en faveur de la protection des milieux naturels islandais.

La littérature et la poésie n’échappent pas à la règle. Pour exemple, la Loire continue de nourrir l’inspiration d’écrivains, de poètes, de peintres, d’artistes plasticiens.

Des concours internationaux récompensent des photographes animaliers et des cinéastes naturalistes et les vidéos les plus partagées sur les réseaux sociaux sont celles de chats, preuves que la biodiversité touche toujours autant, même devant un écran.

Source spirituelle et de philosophie de vie

La biodiversité a donné lieu à des conceptions animistes qui attribuent un esprit à tout ce qui existe naturellement sur Terre. Les Egyptiens honoraient le Nil, les Gaulois vénéraient les étoiles, les eaux et les arbres, les Celtes le chêne. Les Indiens d’Amazonie restent fermement liés à la Terre nourricière.

Les adeptes du plein-air

Pour les sportifs, les randonneurs et les naturalistes, la nature offre un terrain sur lequel ils peuvent exprimer leur passion. 

66 % des personnes de plus de 15 ans ont pratiqué un sport au moins une fois dans l’année en 2018 dont 38% au moins quatre fois par semaine. Plus d’un tiers des pratiques sportives s’effectuent en plein air. (source INJEP/Ministère du sport)

Les sports de pleine nature

De la randonnée pédestre au parapente, en passant par la plongée, le ski, la spéléologie, les forêts, la mer, la montagne, les grottes, offrent un choix diversifié de pratiques sportives, motorisées ou non.

vignette_67_33
Randonnée en montagne. Crédits : Eric Sanman / Pexels
texte_p_67_33

Le club alpin français, l’ancêtre des sports de montagne

Créé en 1874, le Club Alpin Français est l’une des plus anciennes associations dédiées aux sports alpins et à la connaissance de ce milieu. Elle compte aujourd’hui 100 000 licenciés dont 40% de femmes et intègre dans ses principes la préservation du milieu naturel montagnard. 

Voir le site de la fédération
 

Les sports motorisés

Motos de trial, 4x4, quads en forêt, mais aussi sports nautiques avec bateaux rapides bénéficient des reliefs des espaces naturels ou des vagues pour susciter des sensations fortes aux pratiquants. Les sports motorisés ont fait leur apparition à peu près au même moment que les voitures, au début du XXe siècle, et ont évolué en fonction de la création de nouveaux types de véhicules, comme les quads..

20 000 licenciés étaient inscrits à la fédération française de ski nautique en 2017. Crédits : Asad / Pexels

La course à pied, un sport en plein essor

La course à pied compte près de 13 millions d'adeptes en France en 2021 (source Observatoire du running), qui bien souvent, aiment la pratiquer dans un jardin ou un parc, en raison de la qualité de l’air qui est meilleure grâce à la présence d’arbres et de végétaux. 

La nature source de connaissance

Botanistes, ornithologues amateurs parcourent les milieux naturels, seuls ou en groupe, à la découverte de plantes sauvages, d’oiseaux, de fossiles, en bref des mille richesses de la biodiversité. Ils sont toujours en quête de nouvelles espèces à connaître, à découvrir. Ils peuvent s’investir au sein d'associations de protection de la nature. Ces passionnés de nature ont de quoi se réjouir : il reste encore des millions d’espèces à découvrir sur Terre.
 

Cueillette de champignons. Pixabay

Les « consommateurs  ou préleveurs» de nature

Ces personnes qui ramassent, cueillent, pêchent ou chassent, en fonction des saisons, aiment avant tout être dans la nature, se promener. La récolte de la biodiversité, qui peut être soumise à une réglementation, leur procure un vrai plaisir et accessoirement des visées alimentaires familiales.

Qu’elles soient sensorielles, sportives ou de prélèvement, toutes ces activités pratiquées dans la nature représentent aussi de nombreux emplois. Leur nombre et diversité ainsi que leur pratique n’est toutefois pas sans effet sur la biodiversité.